Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog des Citoyens Alternatifs revient ! L'objectif du site sera désormais de se tourner vers l'extérieur. D'avoir ces infos qui donnent espoir, ces infos positives, ces belles initiatives qui sont bien souvent sous-médiatisées. Un regard vers le monde, qui invite chaque citoyen alternatif des quatre coins de la planète ou de nos régions à contribuer, ou communiquer. Vous pouvez donc commenter et surtout nous envoyer vos articles à l'adresse citoyens-alternatifs@hotmail.fr. Bienvenue dans cet espace de liberté. Belle lecture !

Un geste trompeur pour les ex squatteurs

Publié le 30 Août 2006 par Ben in Dossier "Cachan"

40 logements proposés aux ex squatteurs

 

Le préfèt du Val de Marne Bernard Tomasini a annoncé aujourd'hui que 40 logements dont 10 proposés par l'OPAC de Paris devraient être proposés aux ex squatteurs. Ils seront opérationnels d'ici deux à trois mois pour la plupart. Cette annonce intervient après un recencement effectué qui a donné lieu à l'info que 100 familles en situation régulières et logées dans le gymnase cherchaient un logement social. Comme quoi, quand on veut, on peut.

Hélas, les conditions d'acceptation sont qu'il faudrait qu'ils quittent le gymnase pour l'hôtel avant tout relogement, ce qu'ils ont refusé catégoriquement, excluant d'être séparés. La chasse serait ouverte aux sans-papiers une fois les régularisés relogés.

Le maire socialiste de Cachan les a solennellement appelés mardi soir à vider le gymnase, alors que la rentrée scolaire approche à grands pas. Pour ce faire, il leur proposé de dresser une liste des différentes situations des familles (régulière ou non, volonté d'être relogées à l'hôtel). Le maire de Cachan a aussi pris un engagement : qu'ils ne soient pas interpellés et que l'Etat reconnaisse des associations chargées de les accompagner, se refusant à les faire expulser de force.

Contrôles uniquement à l'extérieur

Le préfet a pour sa part souligné qu'il n'avait aucun pouvoir pour demander l'évacuation du gymnase, action que "seul le maire peut" engager auprès de la justice, à moins que "la situation sanitaire présente un danger pour la vie humaine". Or "nous n'en sommes pas là". Il a aussi assuré que les sans-papiers ne seront pas contrôlés dans le gymnase mais qu'ils peuvent être contrôlés en dehors. Treize contrôle ont ainsi été effectués à "la périphérie du gymnase" qui ont débouché sur le placement en centre de rétention administrative de deux étrangers en situation irrégulière, depuis l'évacuation. On comprend mieux pourquoi lors de la marche de la solidarité qui a eu lieu dans les rues de Cachan et de l'Hay les Roses, les ex squatteurs du CROUS de Cachan étaient paniqués à l'idée de se retrouver isolé loin de ce gymnase.

L’OPAC de Paris, office HLM à Paris et proche banlieue, a proposé hier, dix logements dans le Val-de-Marne aux familles expulsées. En majorité, ces dix logements sont de grands appartements de quatre à six pièces pour lesquels il peut y avoir une attente de plusieurs semaines. Comme quoi, c’est possible.

Ce matin, des personnalités comme Bénabar, Paris Combo et Jacques Wéber sont allées au gymnase montrer leur solidarité  aux occupants.

Pour une rentrée normale, il faudrait tout évacuer puisque même pour aller à la cantine, les enfants doivent passer sous un porche actuellement occupé. De toute façon, les 65 enfants qui occupent le gymnase auront une rentrée des classes agitée.

8 jours de grève de la faim pour réclamer « la régularisation et le relogement de tous ». Transporté à l’hôpital, Sekou Dafé, malien a refusé tout soin malgré son état de santé. « Ils doivent régler le problème ou il faudra six cercueils pour nous sortir d’ici », a-t-il déclaré à Libération. Sekou Dafé, restera une personne victime d'une France perdue et indigne.


 A suivre, l’interview exclusive de la leader de Lutte Ouvrière sur les problèmes de logements, Arlette Laguiller.

Une manif a lieu cet après midi, à l’appel du comité de soutien et des « 1000 de Cachan, elle partira de Denfert-Rochereau à 18h00

 

 

Commenter cet article